Le Nachtkalb de Colmar

Les rues de la ville de Colmar connaissent des nuits perturbées par une étrange créature. C’est l’une des légendes alsaciennes les plus connues : le Nachtkalb, littéralement “veau de nuit“, dont personne n’a vraiment réussi à en définir la silhouette.
La nuit, il erre dans les rues de
Colmar et prend un malin plaisir à agresser les ivrognes et autres noctambules zonant désespérément en ville.

La collégiale Saint-Martin et le Koïfhus, fort en passage, sont ses lieux favoris. 
Le Nachtkalb attaque ses victimes par derrière et leur provoque des frayeurs telles que ces dernières tombent d’épuisement après leur fuite. Une fois rentrées chez elles, elles s’endorment et oublient toute leurs mésaventures. Au matin, elles se réveilleront piqué par de violents maux de têtes. 
La curiosité est un vilain défaut ! Malheur aux curieux qui voudraient observer la vache nocturne !

Pour témoin, un jeune étudiant fraîchement débarqué à Colmar s’est penché par la fenêtre de son appart pour tenter de l’apercevoir.

Après deux heures d’attente infructueuses, épris de fatigue, il décide d’aller dormir. Et là, voulant retirer sa tête, il sent que ça tire. Impossible pour lui de se retirer de la fenêtre.
Enflée comme un potiron, sa tête se retrouve coincée dans l’encadrement de sa fenêtre. Ses yeux sont tournés vers la rue, la bête apparaît face à lui et lui lance un clin d’œil. 
Au lever du jour, sa tête se dégonfla enfin et il put s’endormir paisiblement, se jurant de ne plus jamais tomber dans le piège de la vilaine créature colmarienne. 

“Je me suis demandé comme il y-a beaucoup de forêts aux alentours de la ville, l’alcool aidant ces personnes n’aurait pas vu cette race de chiens utilisé au Moyen-Age pour la chasse à courre? Le Braque de Weimar, d’origine allemande, d’une taille d’environ 70 cm et allant jusqu’à 40 kg à l’âge adulte.”

Laurent Boquet