Archives de Strasbourg

adcebfabd wi

LE RETOUR À LA FRANCE, 1918 À 1940

Après quatre années de guerre durant lesquelles Strasbourg est à l’arrière du front et un symbole pour les deux belligérants, les troupes françaises entrent dans la ville le 22 novembre 1918. La tentative de république de soviets avait fait long feu.

Mais après l’euphorie de la victoire, l’expulsion des Vieux Allemands, la mise en place de l’administration française en Alsace, les questions liées au maintien du droit local (dans le domaine social, artisanal, religieux, scolaire) et la question linguistique créent une atmosphère de méfiance.

La nouvelle université inaugurée en novembre 1919 reprend le flambeau et Strasbourg, à nouveau tête de pont de la France face à l’Allemagne, accueille la Commission centrale pour la navigation du Rhin, installée dans l’ancien palais impérial. Un nouveau port est creusé mais les travaux d’urbanisme sont ralentis avec la crise de 1930.

L’ANNEXION DE FAIT, 1940 À 1944

Dès la déclaration de la guerre, Strasbourg et une bande frontalière de 20 km de profondeur sont évacuées dans le Sud-Ouest et le centre de la France. C’est une ville vidée de ses habitants qui est occupée par les troupes allemandes. Après le retour d’une partie des Strasbourgeois, la vie quotidienne est marquée par l’embrigadement de toutes les strates de la société et la surveillance politique à outrance. En 1942, les jeunes gens et les jeunes filles sont soumis à la conscription dans la Wehrmacht (pour les hommes) et dans les services annexes (pour les femmes) : les Malgré-Nous.

La cathédrale de Strasbourg devient rapidement le symbole de la libération du territoire dans le serment prononcé par le futur général Leclerc à Koufra. Le 23 novembre 1944, la ville, qui a subi plusieurs bombardements, est libérée, mais les opérations militaires se poursuivent en Alsace durant l’hiver 1944-1945.

STRASBOURG, CAPITALE DE L’EUROPE, DEPUIS 1949

En 1949, le premier conseil de l’Europe se tient à Strasbourg, ville prédestinée dans l’esprit des initiateurs de cette organisation transnationale, à devenir la capitale de l’Europe naguère scindée entre France et Allemagne. Depuis, le Parlement européen s’est installé sur les bords de l’Ill ainsi que d’autres institutions européennes : la Cour européenne des droits de l’homme, la chaîne Arte, l’Eurocorps, l’Assemblée des régions d’Europe, la Pharmacopée, le Système d’information Schengen, le Médiateur européen…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *